chezmonveto

Nos conseils

Imprimer

picto Le poulinage


Le poulinage est une période importante pour les éleveurs de chevaux. Il représente le point culminant d’un parcours qui commence un an avant, avec la recherche d’étalons reproducteurs de race et ayant à leur actif de bonnes performances. La connaissance des étapes de cette mise bas doit permettre de bien appréhender la naissance du poulain et surtout de mesurer le moment où l’intervention du spécialiste, le vétérinaire, est indispensable.


Bien que dans 90 % des cas, le poulinage ait lieu sans intervention, les 4 à 10 % des cas restants représentent un défi majeur.

La période normale de gestation chez la jument peut varier considérablement, la gamme de 320 à 365 jours étant considérée comme normale.

Étant donné que la période de gestation varie considérablement, il est donc difficile de prédire la date de poulinage.


Comment bien préparer la jument au poulinage ?

La préparation de la jument en vue de la mise-bas est une phase essentielle. Elle porte sur l’état corporel, les rappels de vermifuge et vaccins et le bien-être.

 

L’état corporel de la jument :

La jument prête à pouliner doit se trouver en bel état, ni trop maigre, car lors de la mise-bas, les contractions seraient peu efficaces et la lactation serait moins abondante, ni trop grasse, sous peine de rendre le poulinage difficile. Ainsi l’alimentation de la jument en fin de gestation devra-t-elle être équilibrée et enrichie en vitamines et en minéraux.

 

Vermifugation de la jument :

Environ 15 jours-3 semaines avant la mise-bas, la jument doit être traitée contre les parasites internes, ce qui lui permettra d’atteindre un bon état corporel et évitera une contamination du poulain nouveau-né, notamment par ses crottins. De nombreux vermifuges peuvent être administrés sans danger en fin de gestation.

 

Vaccination de la jument :

La jument poulinière doit « être à jour » des vaccins contre le tétanos, la grippe et la rhinopneumonie, pour en être elle-même protégée et aussi apporter des anticorps au poulain par la lactation.

 

Le bien-être de la jument :

Il est important que la jument dispose d’un box spacieux, bien paillé, si possible 3 semaines avant la mise-bas pour synthétiser des anticorps à l’égard des microbes de l’environnement et en protéger ainsi le poulain .

Elle doit être rentrée la nuit.

Si la vulve a été cousue pour aider la fécondation,  on fera appel au vétérinaire pour la « découdre ».


Comment bien surveiller le poulinage ?

La surveillance du poulinage est indispensable pour s’assurer que celui-ci se déroule normalement et intervenir en cas de problème. 

 

La surveillance est un exercice difficile, car d’une part, la durée de gestation est variable, d’autre part la jument a un comportement spécifique à la mise-bas qui ne facilité pas son observation. En effet, Il est connu que les juments font preuve de ruse pour éviter qu’on les observe pendant le poulinage et exercent peut-être un certain contrôle volontaire sur l’apparition de la deuxième phase du travail.

La jument recherche le calme et l’obscurité pour pouliner. Plus de 90 % des poulinages se déroulent la nuit.

 

Cette surveillance pourra être facilitée par différentes méthodes :

  • Contrôle de la mamelle : Dans les semaines précédant le poulinage, la mamelle commence à se remplir et la sécrétion subit des  modifications qui constituent une prédiction de mise-bas. Lorsque les sécrétions passent de transparentes et très liquides à grises et un peu collantes, le poulinage est proche. Lorsque les sécrétions passent à la couleur blanche et deviennent visqueuses, le poulinage est imminent et peut intervenir dans les heures qui suivent.
  • Dosage du taux de calcium dans le colostrum : Le taux de calcium dans les sécrétions mammaires prélevées avant le poulinage augmente considérablement pendant les quelques derniers jours précédant la parturition. Les trousses de mesure de la dureté de l’eau que l’on peut se procurer chez les fournisseurs de produits vétérinaires, permettent de mesurer le taux de calcium et de magnésium. Des études ont montré que lorsque le calcium atteint un taux supérieur à 370 mg/L, environ 75 % des juments poulineront dans les 72 heures suivantes.
  • Appareils détecteurs : Différents appareils permettent de cerner le moment du poulinage et d’en avertir la personne responsable. Une camera dans le box de poulinage permet de surveiller en continu ou peut être déclenchée par les systèmes suivants. La ceinture de détection peut également être utilisée. Lorsque  le travail a commencé et durant ses contractions, la jument reste totalement couchée sur le flanc ; l'émetteur enregistre ce comportement et active l'alarme après 7,6 secondes (une contraction durant au minimum 7 secondes). Le détecteur par aimants à la vulve est une autre méthode : l’appareil composé de 2 aimants est cousu aux lèvres de la vulve quelques jours avant la mise-bas ; dès que le poulain s’engage, les lèvres s’écartent décollant les aimants et déclenchant ainsi une alarme.


Comment se déroule le poulinage ?

Lorsque le poulinage est imminent la jument change de comportement : coliques légères, tourne en rond, couchers et levers fréquents.

Il ne faut pas déranger la jument au début de ce processus car il est réversible : la jument est capable de reporter la mise-bas de quelques heures pour être tranquille.

 

Le poulinage est déclenché sous l’influence d’une production d'hormones (les prostaglandines) qui provoque les contractions :

  1. une membrane blanche (l’allantoïde) apparaît à la vulve. La paroi se rompt et le liquide allantoïdien est expulsé : c’est la perte des eaux.
  2. le processus d’expulsion du poulain est déclenché par la secrétion d'une autre hormone, l’ocytocine, juste avant la rupture de la poche des eaux. Une seconde membrane apparaît à la vulve (membrane amniotique) dans laquelle le poulain est enveloppé. Le poulain rompt la membrane amniotique et est expulsé. Les deux membres antérieurs (l’un devant l’autre) apparaissent , puis la tête. Si le poulain ne rompt pas la membrane amniotique, il est nécessaire de la rompre afin de dégager ses voies respiratoires.
  3. quand l’expulsion du poulain est achevée, le cordon se rompt. On peut amener le poulain à la tête de la jument.

 

Un poulinage normal se déroule en environ 20 minutes (de la perte des eaux à la rupture du cordon).


Qu'est-ce que la délivrance ?

L’expulsion du placenta (délivrance) a lieu normalement dans les 2 heures après le poulinage. Pour aider cette expulsion, il est conseillé de nouer le placenta qui n’est pas expulsé pour éviter que la jument ne le déchire en le piétinant.

Ne jamais tirer sur le placenta (risque d’hémorragie par la traction) !


Quand l'intervention du vétérinaire est-elle nécessaire ?

Quand le poulinage se déroule normalement, l’intervention du vétérinaire n’est pas utile.

Toutefois, celle-ci devient nécessaire et souvent urgente, si survient un des problèmes suivants :

  • la jument a des contractions et aucune membrane n’apparaît : risque de torsion utérine (rare),
  • la présentation du poulain est anormale :
    • la tête ou un membre n’apparaît pas,
    • la présentation est postérieure (le poulain est expulsé par les membres postérieurs),
  • l’expulsion du poulain est anormalement longue : excès de volume du poulain,
  • déchirure de la vulve après l’expulsion ,
  • hémorragie vaginale,
  • délivrance incomplète ou absence de délivrance dans les 2 à 3 heures après la mise-bas.