chezmonveto

Nos conseils

Imprimer
chezmonveto

picto La dermatite atopique canine


Une maladie chronique

La dermatite atopique est une maladie inflammatoire chronique de la peau due à une prédisposition génétique aux allergies vis-à-vis de substances très diverses (appelées « allergènes ») présentes dans l’environnement. Avec la dermatite par allergie aux piqûres de puces, elle constitue l'une des principales maladies de peau allergiques du chien.

 

Des races à risques

Certaines races comme le shar peï, le West Highland white terrier, le labrador retriever, le golden retriever, le bouledogue français, le boxer ou le fox terrier… sont plus touchés par la dermatite atopique. Du fait de son caractère héréditaire, il est conseillé d’écarter de la reproduction les animaux atteints.

 

Des allergènes très variés

Les allergènes incriminés dans la dermatite atopique sont soit véhiculés par l’air (acariens de la poussière de maison, pollen, moisissure…) ou l’alimentation (bœuf, poulet, œuf…). Leur éviction complète est difficile voir quasi impossible.

 

Des démangeaisons et des rougeurs

Les premiers signes de la maladie apparaissent dans 75% des cas entre 6 mois et trois ans. Le chien se gratte, se lèche, perd ses poils et présente des croûtes et des rougeurs sur les oreilles, les babines, l’extrémité des pattes, les régions génitale et anale.

En l’absence de traitement, les complications infectieuses dues à la multiplication de bactéries ou de levures (Malassezia) au niveau des rougeurs et des plaies sont fréquentes. Le chien dégage une mauvaise odeur, sa peau s’épaissit et noircit.

 

5 signes à rechercher

Le diagnostic de la dermatite atopique canine est d’abord lié aux symptômes observés et à leurs circonstances d’apparition. L’observation d’au moins 3 des 5 signes suivant permet au vétérinaire d’avoir une forte suspicion.

1. Apparition des symptômes entre 6 mois et 3 ans.

2. Démangeaisons calmées par les corticoïdes.

3. Présence de rougeurs entre les doigts aux pattes antérieures.

4. Présence de rougeurs sur la face interne des oreilles.

5. Présence de rougeurs au niveau des babines.

 

Un raclage cutané permet d’éliminer d’autres maladies de peau dues à des parasites (démodécie, gale sarcoptique).

Des tests d’éviction alimentaire et cutanés (intradermoréaction) déterminent le ou les allergènes responsables. Ils sont indispensables pour mettre en place une désensibilisation ou un régime alimentaire hypo allergisant.

 

Un traitement à vie

La désensibilisation est le traitement de choix des dermatites atopiques dues aux aéro-allergènes. Elle consiste à injecter à l’animal, par voie sous cutanée à intervalles réguliers, sur plusieurs mois voire plusieurs années, des doses croissantes d'extraits d’allergènes. Progressivement son corps s’y habitue et l’allergie disparait.

 

Pour calmer les démangeaisons, les rougeurs et traiter les complications infectieuses ou fongiques, le vétérinaire dispose de différents médicaments : antihistaminiques, antiparasitaires, antibiotiques, antifongiques, corticoïdes, cyclosporine A, acide gras essentiel, shampooings, pommades…

 

A moins de pouvoir désensibiliser le chien ou éliminer de l’environnement le ou les allergènes responsables, le traitement se poursuit toute la vie du chien.

 

Bon à savoir

Dans le cas d’allergie aux acariens, des mesures d’hygiène comme le remplacement des vieilles moquettes par des sols lavables (carrelage, lino, parquet vitrifié...), la suppression des nids à poussière (rideaux épais), l’aération de l’habitation, le nettoyage à la chaleur humide (60°C) des lieux de couchage, l’interdiction de circuler dans la cave ou au grenier…, permettent de réduire l’exposition du chien aux acariens et améliorent son état.